Jeudi 20 septembre 2012 : Conférence "JULIETTE WYTSMAN : peintre pleinairiste linkebeekoise du XIX ème"


Suite au succès rencontré en octobre de l’an dernier, la conférence sur Juliette Wytsman sera présentée une seconde fois le jeudi 20 septembre à20 h au Petit Théâtre de la Ferme Holleken, par Léna Leblon, membre de l’ASBL.

Juliette Wytsman fut d’abord une jeune fille peignant avec talent des bouquets de fleurs. Son caractère passionné et ses rencontres avec d’autres artistes l’ont fait évoluer du naturalisme vers l’impressionnisme avec tant de succès qu’elle a atteint une réputation internationale qui dure encore.
Non seulement elle a vécu pendant presque 40 ans dans sa maison de Oplinkebeek mais elle a trouvé dans les environs de sa demeure l’essentiel des sujets de ses tableaux. Son jardin fut son atelier. Son oeuvre sera resituée par rapport au mouvement luministe et quelques autres femmes artistes peintres belges de son époque.

Prix d’entrée : 5 euros àpayer sur place (le ticket d’entrée donne droit àune première consommation gratuite après la conférence).

Réservation hautement souhaitée : auprès de Léna Leblon 0475/84.90.64 ou lena.leblon@skynet.be.


Juliette Wytsman : peintre du Kauwberg


De peintre des fleurs àpleinairiste
par Lena Leblon

Juliette, de son nom de jeune fille Trullemans, est née le 14 juillet 1866 àBruxelles. Petite fille, elle est déjàattirée par les fleurs. Elle les trouve si belles dans les champs et les jardins ! Dans un premier temps, elle va cueillir ces fleurs, en faire des bouquets et elle va prolonger leur existence éphémère en fixant leur image par le crayon ou l’aquarelle.

A 26 ans, elle épouse Rodolphe Wytsman membre fondateur du
Groupe des XX. Comme la plupart des peintres impressionnistes,
il délaisse son atelier pour aller planter son chevalet au milieu des
champs et des bois. S’ils sont domiciliés àla rue Keyenveld àIxelles, les Wytsman éprouvent le besoin de se rapprocher de la nature en séjournant le plus souvent possible dans une maison àla lisière de la forêt de Soignes àla Hulpe. Ils y ont comme ami et voisin Camille Lemonnier grand défenseur des peintres paysagistes.

C’est àla Hulpe que Juliette peindra « Le jardin de Camille Lemonnier » qui fixera l’orientation définitive de sa vie d’artiste. A partir de ce moment, Juliette ne peindra plus que des paysages fleuris et non plus simplement des bouquets de fleurs coupées encore vivantes bien sà»r mais déjàagonisantes.

Juliette ira peindre dans les jardins et dans les champs, làoù elles sont les plus belles en essayant de capter la lumière de l’heure, du jour et de la saison. En 1892,les Wytsman font construire « Les Tournesols » une maison sur les hauteurs d’Oplinkebeek. Le jardin et les environs deviendront l’atelier de Juliette.

De sa maison d’Oplinkebeek, Juliette n’est pas bien loin du Kauwberg. Elle peindra « Les environs de Saint-Job », un tableau bien caractéristique de son Å“uvre. Juliette peint la nature et quasi rien que la nature. Dans ses paysages, ne figurent que très rarement des bâtiments ou des personnages. Il faut en effet une loupe pour apercevoir le clocher de l’église de Saint-Job qui n’était alors qu’un hameau. A gauche, on devine àpeine la carrière de sable.

Par contre, figurent toujours àl’avant-plan des fleurs, ici, celles qui sont disséminées sur le plateau du Kauwberg. Cette technique permet àl’artiste de travailler la proximité et la distance.

Tableau « Les environs de Saint-Job » huile sur toile I 12 sur 79 Musée Charlier, don Van den Branden 1928.

A la rencontre de Juliette Wytsman

Juliette est entrée dans l’histoire de l’art en compagnie de son mari Rodolphe. Sans doute est-ce lui qui la pousse àpeindre des paysages floraux en plein air mais sans conteste Juliette a dépassé Rodolphe dans cette exercice artistique difficile.
Elle, qui aurait pu se contenter de peindre de petits tableaux de fleurs plutôt insignifiants, a su aller au-delàce qui lui a permis d’atteindre une notoriété internationale.

Pendant 40 ans, elle a sillonné Linkebeek et ses environs et elle y a trouvé les paysages de ses plus beaux tableaux.
Une bonne façon d’aller àla rencontre de Juliette Wytsman : faites la promenade 3 “par champs et par près†de la brochure « Découvrons Linkebeek » (7,8km I 2h) |

Image : Villa “Les Tournesolsâ€


Espace privé